[PARCS] Bons plans pour un séjour « pas cher » à Disneyland Paris


« Une princesse, au fond des bois,
A dormi cent ans autrefois,
Oui, cent beaux ans, tout d’une traite.
(…)

Ô surprise toujours la même !
Sourire ému ! Baiser charmant !
L’amour est l’éveilleur suprême,
L’âme, la Belle au bois dormant. » (Louise Ackermann, Premières poésies, 1871)

Château de la Belle au bois dormant

Après une dizaine d’escapades à Disneyland Paris, je commence à connaître les bons plans afin d’éviter de dépenser des sommes astronomiques au pays merveilleux de Mickey et pour éviter la foule ou les périodes d’affluence. Cela permet d’apprécier vraiment ce court séjour qui s’avère un véritable retour en enfance et un vrai régal pour les sens qu’il s’agisse de la musique, des décors, des parades, des spectacles et des odeurs de bonbons et de pop-corn ! Un vrai voyage synesthésique ! Il faut dire que mon ami d’enfance Sébastien travaille chez Disney depuis de nombreuses années et m’a également donné de bons tuyaux ! J’en profite pour le remercier chaleureusement.

Boutique Disneyland

Un séjour à Disneyland est onéreux ! A ce tarif, vous pouvez partir en famille dans une capitale européenne. Cependant, rien ne remplacera l’émotion ressentie en voyant l’émerveillement de nos enfants, ça n’a pas de prix, enfin presque ! 😉 Il y a toujours moyen de limiter la casse ! Certaines familles dépensent largement 1000 euros pour 2 ou 3 jours chez Mickey entre le séjour, les billets, les repas sur place, les cadeaux, les photos (et oui, Disney propose des photos pour certaines attractions ou des photos avec les « characters » qui sont souvent plus jolies que les nôtres, c’est très tentant !).

 

 

 

 

1/ LOGEMENT : conseil n°1 pour les hôtels à l’extérieur de Disneyland

cof

Si on dispose d’un petit budget, il vaut mieux réserver des hôtels à l’extérieur de la zone Disney. A quelques minutes en RER ou en bus, on trouve des hôtels corrects (il ne faut pas non plus s’attendre à des merveilles !) qui s’avèrent suffisants pour passer un séjour agréable. De mon côté, j’ai testé les hôtels suivants :

Résidence du Parc val D’Europe (testé en mai 2015 et en décembre 2016) : prestations correctes. La chambre familiale est un peu petite pour 4 personnes (pour 3, c’est bien car le canapé-lit est un peu juste). Certaines chambres sont vieillissantes notamment les kitchenettes qui mériteraient non seulement un nettoyage plus pointu mais aussi une remise à neuf. Les plaques ne fonctionnaient même pas lors de notre séjour sachant qu’il n’y avait pas de bouilloire. La piscine est un vrai « plus » en été mais nous n’en avons pas profité car l’hôtel est à 20 minutes de bus du parc (et les bus se font rares ! un bus toutes les 30 minutes environ). Il faut prévoir un budget « tickets de bus » en plus et les bus ne circulent plus à partir de 22h30 (en hiver en tout cas) !

Lien pour réserver (vous bénéficiez d’une remise si vous réservez directement auprès de l’hôtel) : http://www.laresidenceduparc.fr/

-Kyriad Disneyland (testé en juin 2017) : Très bonnes prestations. Hôtel agréable  avec un château gonflable pour les enfants, un petit stand (sandwich, pop-corn, boissons fraîches…), une petite ferme avec des animaux (lapins, biquettes…). Les chambres familiales sont propres et fonctionnelles : lits superposés, lits séparés ou lit double, bouilloire (il faut prévoir les tasses et les sachets de thé!). Le Kyriad Disneyland se situe juste après les hôtels Disney (10 minutes en bus avec un bus toutes les 15-20 minutes).

Lien pour réserver : https://www.booking.com/hotel/fr/disneylandresortparis.fr.html

-Kyriad Marne la Vallée Torcy (testé en juin 2017) : je déconseille fortement. D’une part, il faut prévoir un budget RER (10.30 pour 4 personnes juste l’aller!). Par ailleurs, la chambre familiale ne correspondait pas vraiment à nos attentes : ménage très approximatif, fenêtre qui fermait mal (le RER est à côté!), toilettes à revoir… Il vaut mieux payer un plus cher et être plus près de Disneyland (côté budget, cela revient au même avec les billets de RER).

Même à l’extérieur du parc, il faut compter au minimum 70 euros/ nuit, un peu plus pour une chambre familiale (80-90 euros)

2/ LOGEMENT : Conseil n°2 pour les packs Hôtel Disney + billets d’entrée

digPour les séjours dans les hôtels Disney, il vaut mieux réserver sur vente privée : seul site qui soit, selon nous, valable en terme de rapport qualité-prix. Les tarifs du séjour sont presque divisés par deux. Pour 4 personnes (logées dans la même chambre) avec un pack hôtel (une nuit) et billets pour toute la famille pour deux jours, il vous en coûtera 300 euros dans un hôtel comme le Sante Fe ou le Cheyenne. C’est un moindre mal car le tarif minimum s’élève en général à 600 euros. A plusieurs reprises, on a souhaité prendre un hôtel Disney avec piscine, 200 euros de plus…

Le vrai « plus » du pack billets+hôtel, ce sont les « heures de magie en plus » : si vous séjournez dans un hôtel Disney, vous pouvez profiter du parc dès 8h alors que Disneyland ouvre à 10h. Cela permet de démarrer la journée avant les autres visiteurs.

Hôtel Cheyenne (testé en novembre 2012) : Hôtel sympa avec des chambres familiales fonctionnelles (lits superposés). Petit déjeuner correct (le gaspillage dont font preuve certains visiteurs est tout simplement scandaleux, une gloutonnerie à l’état pur non assumée avec des quantités de restes sur les tables). Bref, passons… ne parlons pas d’écologie et de gaspillage lors d’un séjour à Disney ! Très pratique car l’hôtel est juste à côté du parc (5 minutes en bus) et les enfants (les adultes également !) peuvent rencontrer les personnages Disney dès le réveil ! L’hôtel est actuellement en cours de rénovation…

-Hôtel Disney Santa Fe (testé en juin 2017) : Hôtel décevant pour le prix, rapport qualité-prix à revoir. Deux grands lits avec des enfants en bas âge, ça n’est pas pratique du tout. Lors de notre passage mi-juin, il faisait très chaud et la seule climatisation proposée était un ventilateur. Absence de bouilloire ou de réfrigérateur, suppression du petit déjeuner (qui était offert auparavant dans les packs Billets + hôtel Disney).  

Lien pour réserver sur vente privée (il faut s’inscrire pour avoir accès aux offres!) : https://secure.fr.vente-privee.com/authentication/portal/FR

3/ TRANSPORTS : conseil n°3

cof

Pour les transports, prenez le train : la gare TGV « Marne la vallée Disney » est presque collée à Disneyland ! Le bon plan : prendre des billets de train OUIGO. Nous avons payé 80 euros AR Nantes-Marne la Vallée pour 4 personnes (départ le mercredi après-midi et retour le samedi matin).

Je ne conseille pas la voiture (sauf si vous avez la possibilité de garer votre voiture gratuitement à l’extérieur du parc). Le parking Disney est tout simplement payant ! Si vous voulez absolument prendre la voiture, le parking « Vinci » de Disney village est moins cher que le parking de Disneyland (il faut donc suivre « Disney village » et non Disneyland pour y accéder).

4/ PERIODE : conseil n°4

OLYMPUS DIGITAL CAMERAEvitez le week-end et les vacances scolaires. C’est trop cher et il y a un monde fou. De même, l’été, il fait très chaud et parfois, il faut attendre assez longuement dans les files d’attente interminables, d’où les malaises et l’énervement ambiant de certains touristes peu habitués à patienter. L’an dernier, à l’approche de Noël, une femme excédée par l’attente dans l’attraction Peter Pan, avait lancé son café chaud à la figure d’une employée du parc ! Nous privilégions donc désormais la fin du mois de novembre pour les décorations de Noël (beaucoup moins de monde qu’en décembre) et les jours de semaine au printemps (en évitant les week-ends prolongés).

4/ BILLETS D’ENTREE : conseil n°5

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Entrée du Labyrinthe d’Alice

Pour les billets, il vaut mieux les acheter sur internet en passant par un Comité d’entreprise avec négociations de tarifs ou passer par le site vente privée qui propose des tarifs défiant toute concurrence. Comme pour les séjours, il faut être inscrit sur le site pour bénéficier de ces tarifs et s’inscrire aux ventes privées qui vous intéressent. Il y a par exemple plusieurs ventes privées Disneyland par an (4 ou 5 il me semble, en fonction des périodes : une en début d’année après Noël, deux au printemps, une pour l’été, une pour Halloween et une dernière pour Noël).

Acheter vos billets sur place serait une grave erreur car vous perdrez beaucoup de temps à l’entrée et les tarifs sont tout simplement plus prohibitifs.

6/ DEJEUNER ET DINER SUR LE PARC : conseil n°6

Dîner au Rainforest Café
Rainforest Café

Durant votre week-end à Disneyland Paris, vous allez beaucoup marcher ! Il faut se préparer psychologiquement : vous allez manger des hamburgers-frites ou des pizzas, des salades industrielles pendant deux ou trois jours ! mais pas d’inquiétude : avec la marche, pas de soucis de ligne !

Difficile de proposer des restaurants dans le parc Disneyland. Nous déjeunons souvent dans le Videopolis (« Discoveryland ») qui propose des spectacles à l’heure du déjeuner. Puis, pour varier et changer des hamburgers-frites, vous pouvez déjeuner dans « Frontierland » en face du train de la mine (un restaurant propose des plats mexicains). A l’extérieur du parc (« Disney village »), nous avons adoré le cadre du « Rainforest café » (il vaut mieux y aller dès 19h car il y a beaucoup de monde) avec son décor original : jungle, grands aquariums avec des poissons des mers coralliennes, animaux…

 

7/ ORGANISATION en arrivant sur les deux parcs (Parc Disneyland et Disney Studio) : conseil n°7

davN’hésitez pas à programmer vos deux ou trois journées avant de vous rendre sur le parc, vous gagnerez un temps fou et éviterez ainsi les longues files d’attente (même en pleine semaine). Pour cela, il suffit de consulter le site de Disneyland qui publie le programme des spectacles avec des mises à jour, puis le plan des deux parcs. Faites vous une liste des attractions immanquables et n’oubliez pas de prendre un fastpass pour votre attraction préférée dès votre arrivée sur le parc! En fin de matinée, certaines attractions ne délivrent plus de fastpass car la demande est très forte (ex : big thunder mountain, le train de la mine). Lorsque vous avez utilisé votre premier fastpass, essayez d’en prendre un autre. Les fastpass vous permettent d’éviter l’attente dans les attractions, ce sont des tickets coupe-file (mais il faut aussi parfois faire la queue pour prendre un fastpass)… Si vous souhaitez voir les personnages Disney, privilégiez le matin (tôt, dès votre arrivée), l’heure des repas et la fin de la journée. Certains personnages sont évidemment plus demandés que d’autres comme Mickey, Donald, Minnie et les princesses (souvent, 1h voire 1h30 d’attente pour rencontrer une princesse dans le pavillon).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour découvrir notre escapade en détail, cliquez ici : Récit de nos deux journées en famille au pays merveilleux!

dig
Il y a aussi des tortues à Disneyland…

PS : attention à la fièvre acheteuse sur le parc!!

 

 

Ouest américain : mon top 3 des parcs nationaux


« J’étais à mi-chemin de la traversée de l’Amérique, sur la ligne de partage entre l’Est de ma jeunesse et l’Ouest de mon avenir » (Jack Kerouac, On the Road).

carte-ouest-americainIl y a quelques années, c’est lors de notre road-trip dans l’ouest américain (Arizona, Utah, Nevada, Californie, Hawaii) que nous avons découvert les nombreux parcs nationaux qui attirent tant les touristes, les amoureux de la nature, les amateurs de randonnées et de photographie aux Etats-Unis. Nous avons adoré sillonner les routes américaines notamment la célèbre route 66 (avec musique country à fond dans la voiture !). Notre premier itinéraire a été le suivant : visite de Phoenix (et match de NBA avec les Phoenix Sun), Flagstaff, Grand Canyon, Las Vegas, Red Rock Canyon, Zion National Park, Bryce Canyon, Lake Powell, Kayenta, réserve indienne Navajo (et réserve des hopis), Monument Valley, Canyon de Chelly, Petrified forest, Phoenix, Tucson, Tombstone et retour à Phoenix. Notre second itinéraire a été le suivant : vol vers Honolulu, Kauai (Waimea Canyon, Napali Coast notamment), Big Island (parc des volcans, Captain Cook Monument, Punaluu Black Sand beach et ses tortues), vol vers San Francisco (visite de la ville), Los Angeles (visite et match de NBA au Staples Center avec les Lakers), Death Valley National Park, San Diego (célèbre zoo avec ses espèces protégées notamment des pandas). C’est pourquoi, je décide aujourd’hui de vous parler de ce road-trip qui a été une vraie révélation lors de nos premiers voyages à deux : non seulement nous avons été accueillis très chaleureusement un peu partout aux USA (y compris dans les réserves indiennes), mais encore nous avons été éblouis par la beauté des parcs nationaux américains d’où notre classement.

  1. Bryce Canyon (Utah) : coup de cœur ou coup de foudre !

155Pour nous, c’est Bryce Canyon qui remporte la palme haut la main (Utah). Avec ses pics dentelés qui portent des noms surprenants (Thor’s hammer, Queen Victoria, The hunter, The Rabbit…), Bryce est une merveille géologique (l’érosion a ainsi créé des centaines de « hoodoos »). Il se situe juste à côté de Zion National Park : de notre côté, nous souhaitions aller directement à Bryce Canyon mais nous avons fait l’erreur de prendre la route qui passe à côté de Zion, et avons été obligés de payer un droit d’entrée pour Zion. Bref, nous avons passé une superbe journée au parc et avons découvert les divers points d’intérêt, suivis par nos compagnons de route, les écureuils (très nombreux à Bryce) : Fairyland Point, Sunrise point, Sunset point, Bryce point, para view. Nous avons aussi pu faire une petite randonnée en suivant le Rim Trail malgré la boue rouge provoquée par les restes de neige (au mois d’avril). Puis, nous avons pris la scenic drive pour observer le célèbre Natural bridge (une arche naturelle creusée dans la roche), le farview point… Nous avons également déjeuné sur place dans l’auberge située à côté du camping (l’apple pie est vraiment top !).

2. Monument Valley

190Situé dans le Nord de l’Arizona (à la limite de l’Utah), Monument Valley est un parc vraiment incontournable lors d’un road-trip dans l’ouest américain. S’il rappelle les westerns et films de John Wayne, ce parc géré par les indiens Navajos, est aussi empreint d’une sorte de mysticisme chamanique.

3. Death Valley National Park (Californie et Nevada)

dscf1296Située à l’ouest de Las Vegas dans le désert des Mojaves, la Death Valley est un des plus grands parcs américains. Si ses paysages sont très variés (dunes, canyons, déserts salés, points de vue magnifiques), ses températures sont parfois difficilement supportables. En effet, la vallée de la Mort détient le record de chaleur absolu officiellement mesuré à la surface du globe avec 56,7 °C à Furnace Creek (1913). De plus, autre particularité : le fond de la vallée de la mort, mesuré à Badwater, est à 85,5 mètres sous le niveau moyen de la mer. A la fin du mois d’octobre, les températures étaient agréables et nous avons pu profiter pleinement des différents points d’intérêt du parc : artist’palette, Badwater, Dante’s view, Devil’s Golf course, Golden Cayon, Mesquite Sand Dunes, les dunes… Au retour, nous nous sommes arrêtés au mythique Bagdad Café, décor presque abandonné du film éponyme. Conseil : si vous louez une voiture pour vous y rendre, faites bien le plein avant de partir !

img_20170215_103027

Voici quelques photos des autres parcs que nous avons visités : le Grand Canyon of course (un peu déçus car très brumeux et enneigé à la fin du mois d’avril), Petrified Forest (Arizona), Canyon de Chelly (Arizona), Red Rock Canyon (Nevada) et quelques clichés de la route 66!

 

 

 

Prochain voyage aux Etats-Unis : New York, la Floride ou Yellowstone!

Malaisie (juillet 2017) : itinéraire et programme pour 12 jours


carte-malaisiePour notre voyage en Malaisie (début juillet 2017), nous avons prévu un itinéraire précis car nous n’avons que 12 jours pour découvrir ce magnifique pays avec plusieurs objectifs en tête : découverte culturelle évidemment (échanges avec la population locale, gastronomie, musées, architecture, histoire…), randonnée, détente et snorkeling. C’est pourquoi, nous avons privilégié la découverte de Singapour (vraiment enthousiaste à l’idée de découvrir Gardens by the bay!), de Kuala Lumpur, de Malacca (ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco), le marché de Kota Bahru (incontournable apparemment) et un peu de repos sur les îles Perhentian réputées pour leur beauté. Les eaux cristallines de Besar (Perhentian) abrite une grande variété de coraux, poissons et de requins : snorkeling de qualité donc sans oublier les tortues (Turtle Sanctuary Beach ! Yes, encore des tortues !). Nous aurions aimé découvrir les paysages verdoyants des Cameron highlands (avec leurs champs de thé et leurs petites cascades qu’on peut découvrir lors de randonnées), Penang (île typique et cosmopolite), Taman Negara (trek dans la jungle) et Langkawi mais c’est tout simplement impossible avec notre timing très serré. Voici le programme que j’ai imaginé pour notre séjour (les vols AR Paris-Singapour avec Jet Airways sont réservés tout comme les vols intérieurs avec Air Asia). Dans quelques mois, je vous ferai un compte rendu de ce voyage en espérant que nous parviendrons à faire tout ce qui est au programme! Si vous avez des suggestions, n’hésitez pas!

Jour 1 (SINGAPOUR) : Arrivée à Singapour. Visite de Chinatown**, Temple et musée de la relique de la dent de Bouddha**, Sri Mariammam temple et Temple Thian Hock Keng*. Déjeuner et dîner à Chinatown : Maxwell Road Hawker centre. Hôtel → ZEN ROOMS TEMPLE STREET (hôtel à Chinatown).

cof
Merlion

Jour 2 (SINGAPOUR) : Visite de Singapour.

  1. Singing birds* (8h-10h chaque dimanche) : chinois qui apprennent à leurs oiseaux à chanter, Pétain road, coffee shops angle thiong barhu road et seng poh road.
  2. Little India* le matin : Maison Tan Teng Nia*** (37 Kerbau Road), Tekka market, Déjeuner sur place, restaurants recommandés : Lagnaa (6 Upper Dickson Road) ou Komala villas restaurant (cuisine indienne).
  3. Gardens by the bay*** (Cloud forest avec la cascade), Marina bay Sands (le soir avec les illuminations, 57e étage avec sa piscine), rue Haji Lane (street art), le Merlion*
  4. En soirée, Gardens by the bay illuminés** et tour en bateau à la tombée de la nuit (départ clark quay).
cof
Gardens by the bay, supertrees
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Singapour, by night

 Jour 3 (KUALA LUMPUR) : Départ tôt pour Kuala Lumpur et visite de la ville. Tours Petronas, tour Menara, beau temple Thean Hou (temple chinois) et Batu Caves. Hôtel → WP Hôtel.

Tours Petronas @Pink Turtle

Jour 4 (à 1h30 de Kuala Lumpur): Trek dans la jungle

Au programme, une journée à 1h30 de Kuala Lumpur pour découvrir la jungle et la nature malaisiennes (chutes d’eau, fleurs et papillons, singes, rivières et végétation…). Départ à 7h de KL (ça va piquer!).

Langkawi-voyage-en-malaisie

Jour 5 (KOTA BAHRU et PERHENTIAN) : Départ tôt pour Kota Bahru à la frontière avec la Thaïlande (Vol Air Asia). Petit tour au marché de Kota Bahru, taxi, navette puis ferry pour les Perhentian. Journée repos et snorkeling. → Hôtel : Abdul’s chalet (pack bungalow devant la mer : pension complète avec billets bateau AR + sortie snorkeling, réservé très tôt directement auprès de l’hôtel par mail).

Jour 6 (PERHENTIAN) : île de Besar. → location de kayak ou bateau-taxi pour nous rendre à Turtle sanctuary beach avec pique-nique (puis, meilleur spot : près du coral view island resort). Teluk keke (plage avec très peu de fond pour snorkeling).

IMG_20170716_080252-EFFECTS
Plage d’Abdul’s Chalet, Besar, Perhentian
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vue de notre bungalow, Perhentian

Jour 7 (PERHENTIAN) : île de Besar. Sortie snorkeling avec hôtel/ excursion Rawa et petite balade dans la jungle pour voir les varans.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Tortues, plage du PIR, Besar
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
poissons-clowns Teluk Keke 1
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Fish point, Besar

Jour 8 (PERHENTIAN) : île de Kecil. Journée à Kecil (randonnée, puis balade dans le nord de l’île, nord de long beach pour le snorkeling et balade dans le sud pour voir le petit village de pêcheurs malaisiens).

Jour 9 (SINGAPOUR) : Départ de Besar et retour sur Singapour via Kuala Lumpur en avion (vol Air Asia). Soirée à Singapour (Gardens by the bay, Marina bay sand pour les illuminations…). → Hôtel : ZEN ROOMS TEMPLE STREET.

Jour 10 (SINGAPOUR) : Journée à Singapour. Arab street, mosquée du sultan, jardin japonais de jurong, Singapour City gallery (gratuit), Botanical garden (orchidées)… Nous improviserons en fonction de nos deux premiers jours à Singapour.

Arab Street

Jour 11 : Retour en France (Vol Singapour-Paris via Bombay, Jet Airways).

Budget pour les vols : 470 euros (/personne, vol AR Paris-Singapour) + 100 euros (/personne pour 4 vols intérieurs, Singapour-Kuala Lumpur AR, Kuala Lumpur-Kota Bahru AR, avec suppléments bagages).

Vivement le mois de juillet! 🙂

Pour découvrir notre voyage, n’hésitez pas à lire les articles suivants :

Récit de notre week-end prolongé à Singapour

Trois choses à faire absolument à Kuala Lumpur!

Besar (Perhentian islands) ou le monde de NEMO

Les îles Perhentian : 5 jours au paradis!

« A vos masques et tubas » : petite session de snorkeling aux Perhentian en vidéo!

 

Sur les traces du Royaume de Siam : mes 2 coups de coeur en Thaïlande


« Voyager c’est naître et mourir à chaque instant » (Victor Hugo)

 

La Thaïlande est aujourd’hui victime de nombreux préjugés, certains touristes et globetrotteurs préférant désormais se tourner vers les pays voisins (Cambodge, Birmanie et Vietnam) : trop de touristes, côté « surfait » de certains endroits, prostitution, fiestas et banlieue parisienne sur l’île de Phuket, îles polluées… Pourtant, ce pays regorge de coins pittoresques et authentiques, faut-il encore se donner la peine de les chercher… C’est en février 2015 que j’ai passé 15 jours en Thaïlande avec mon cher et tendre (pendant le nouvel an chinois!), ce fut ma première découverte de ce pays que j’ai beaucoup apprécié notamment Ayutthaya et Koh Phi Phi, mes deux coups de coeur. Si février est la période idéale pour visiter la Thaïlande (pas une goutte de pluie pendant 15 jours et température agréable), je n’y retournerai pas à la période du nouvel an chinois car des hordes de touristes chinois avaient envahi le pays à la fois au Nord et au Sud. Pour une première découverte du pays, nous avions privilégié les grands classiques (Bangkok, baie de Phang Nga, Koh Phi Phi Don) et d’autres endroits plus atypiques (Ayutthaya, vieille ville de Phuket et son marché nocturne). Ce voyage en Thaïlande ne sera pas le dernier pour nous. Nous projetons, en effet, de découvrir d’autres régions de la Thaïlande lors d’un prochain voyage (en compagnie de notre fils cette fois!) notamment le Nord et Chiang Mai, le parc d’Erawan et ses chutes d’eau, les îles Similan et Koh Tao.

Itinéraire et carnet de voyage

Bangkok

Grand PalaisAprès un vol Paris-Bangkok (avec une escale à Bombay, Jet Airways) et notre installation au « Chern Hotel », nous débutons notre visite de Bangkok par la découverte du célèbre Grand Palais (500 baths) ou temple du bouddha d’émeraude (construit en 1782 par le roi Rama 1er), une visite incontournable. Nous sommes retardés par une femme qui prétend que le Grand Palais est fermé : c’est une arnaque puisqu’elle veut nous emmener sur la rivière Chao Phraya pour une croisière! Les arnaques sont nombreuses à l’entrée du Grand Palais.

img_20170202_111734_960

Malgré notre arrivée matinale au Grand Palais, la file d’attente est énorme (dès 9h) et les touristes chinois ont totalement investi les lieux. Mon « legging » noir ne convient visiblement pas (pourtant, des femmes en mini-jupe parviennent à rentrer dans l’enceinte du grand palais) et je suis obligée de louer une magnifique jupe thaïe qui s’accorde parfaitement avec mes baskets! Le dress code semble tout de même un peu à la tête du client! Le grand palais est de toute beauté (dorures, ornementations, couleurs luxuriantes…) mais impossible de prendre des photos correctes avec les hordes de touristes chinois qui se baladent en meutes avec des parapluies pour se protéger du soleil. De plus, pour ce premier jour de visite, le choc thermique est intense (25 degrés de différence entre Paris et Bangkok) sans compter la pollution. J’apprécie tout de même cette visite qui me permet de m’immerger immédiatement dans la culture et l’art thaïlandais : magnifiques yaksha et dvarapala (gardiens des trésors), chedi d’or de Wat Phra Kaew, bouddha d’émeraude de la chapelle royale (emblème religieux de la dynastie Chakri), peintures…

Après notre visite du Grand Palais, nous nous rendons au Wat Pho (ou temple du bouddha couché). Nous avons beaucoup apprécié cette visite (100 baths), beaucoup plus tranquille et plus « zen » que celle du Grand Palais. Le bouddha couché est de toute beauté : cette statue de 43 mètres de long et de 15 mètres de haut représente Bouddha sur son lit de mort, sur le point d’accéder au « nirvana » final. Ses pieds sont incrustés de nacre représentant les 108 états de Bouddha.

img_20170203_141728
Stands près de la rivière Chao Phraya

Après un déjeuner sommaire près de la rivière Chao Phraya (les stands de brochettes et de fruits sont nombreux), nous traversons en bateau afin de visiter le Wat Arun (temple de l’aube, du dieu Aruna, symbole de l’aurore). Près de l’embarcadère, j’aperçois des fleurs de frangipanier que je m’empresse de photographier (sorte de rituel à chacun de mes voyages dans des contrées lointaines et exotiques!). Si le Wat Arun est moins imposant que le Wat Pho ou que le Grand Palais, il vaut le détour notamment pour le style représentatif de l’art khmer (assez proche des temples d’Ayutthaya) et pour la jolie vue sur la rivière Chao Phraya et sur le Grand Palais dont on jouit du haut du temple (en rénovation lors de notre passage en 2015 et toujours en rénovation à l’heure actuelle). Pour bénéficier de cette vue, il faut monter des escaliers extrêmement raides à la queue leu queue.

Pour clôturer notre journée, nous décidons de nous rendre au marché aux fleurs de Pak Klong Talad (le plus grand marché de fleurs fraîches de Bangkok et de Thaïlande), situé au sud du temple Wat Pho. De belles couleurs et des ruelles entières avec des fleurs de toutes sortes notamment des roses à mon grand étonnement.

Après cette journée bien remplie, nous dégustons des crevettes au curry et lait de coco, et décidons de nous rendre à Ayutthaya le lendemain.

Ayutthaya : mon (notre) coup de coeur!

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAyutthaya se situe au nord de Bangkok (à 1h30 en train). Il s’agit de l’ancienne capitale « siamoise » du royaume (fondée en 1350 par le roi U-Thong) qui fut ensuite pillée et détruite par les armées birmanes (XVIème et XVIIIème siècles). C’est pourquoi, le roi de Thaïlande (le général Taskin) se replia à 80kms au sud pour y fonder sa nouvelle capitale, Bangkok (1767). Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1991, la ville s’est reconstruite autour du parc historique qui est très vaste.

A notre arrivée à Ayutthaya (après 1h30 de train à partir de Bangkok), nous décidons de louer des vélos (50 baths pour la journée) afin de faire le tour des temples qui nous intéressent. Une journée, c’est finalement assez peu pour visiter cette ville qui regorge de trésors. Nous avons donc beaucoup pédalé ce 14 février 2015 tout en passant une Saint-Valentin à la fois romantique et originale. Pour cette journée, nous avons privilégié trois sites : le Wat Yai Chai Mongkol avec ses bouddhas revêtus de jaune, le Wat Mahatat avec le célèbre visage de bouddha pris dans les racines d’un arbre et le Wat Phra Si Sanphet dont l’architecture se rapproche des temples de Sukhothaï.

  1. Wat Yai Chai Mongkol

Pour 20 baths, on peut admirer ce grand « monastère de la victoire » avec ses 135 statues de bouddha revêtues de jaune, son chedi de 62 mètres et son bouddha couché devant lequel se recueillent de nombreux thaïs. Les statues originellement recouvertes de plâtre blanc ont perdu leur teinte avec le temps à l’exception de quelques statues. Pour nous, visite incontournable à Ayutthaya avec le Wat Mahatat et le Wat Phra si Sanphet.

2. Wat Mahathat

C’est le site le plus connu d’Ayutthaya (et à juste titre) notamment grâce à la tête d’une statue de Bouddha incrustée dans les racines d’un arbre, devenue un véritable symbole d’Ayutthaya (vraiment superbe!). Il s’agit aussi d’un des temples les plus anciens d’Ayutthaya. Possédant un prang (tour sanctuaire), ce site a été détruit par les birmans qui ont décapité presque toutes les statues de bouddha.

3. Wat Phra Si Sanphet

img_20170204_184208Il s’agit de l’un des temples les plus importants d’Ayutthaya qui servait autrefois de temple royal (XVème siècle). Ses ruines avec les trois chedis (en forme de bols renversés) qui contiennent les cendres de 3 rois d’Aytutthaya, en font, pour nous, un site incontournable. De nombreux éléphants maltraités baladent les touristes devant le site : nous avons refusé de nous prêter à ce « folklore » révoltant (même si, je l’avoue, la perspective d’une balade à dos d’éléphant parmi les ruines d’Ayutthaya était vraiment séduisante).

 En résumé, nous avons adoré Ayutthaya! Si les temples de Sukhothaï sont probablement plus beaux, l’ambiance qui se dégage de cette ville est assez singulière. Les balades à vélo, la rivière, les ruines disséminées dans la ville sans oublier la tête de statue de bouddha prise dans les racines d’un grand arbre, resteront gravées dans ma mémoire.

Phuket Old Town

Après un vol Air Asia Bangkok-Phuket (1h), nous nous dirigeons vers Phuket Old Town. Nous ne souhaitions pas passer trop de temps sur l’île de Phuket qui ne correspond pas à ce que recherchons en voyage (trop de touristes, ambiance surfaite de Patong, prostitution, fête, farniente sur la plage toute la journée, excursions de groupe…). Nous avons donc décidé de prendre un logement dans la vieille ville (assez charmante avec son architecture coloniale sino-portugaise) afin de découvrir le marché nocturne (chaque dimanche sur Thalang road de 16h-22h) et de nous rendre le lendemain à l’embarcadère pour Koh Phi Phi. Notre hôtel cosy (99 Oldtown Guesthouse boutique) situé sur Thalang Road (rue du fameux marché nocturne), est une résidence qui mêle influences chinoises et portugaises. Nous y avons été très bien accueillis malgré quelques problèmes de communication d’ordre linguistique (l’anglais de la propriétaire nous a donné du fil à retordre!).

L’île de Koh Phi Phi

IMG_20170830_191858_resized_20170907_093444309
Koh Phi Phi

Le lendemain, direction Koh Phi Phi! Si l’île est aujourd’hui connue pour ses fiestas et l’affluence des backpackers, KPP possède aussi des coins très calmes (un peu à la Robinson) loin de l’agitation ambiante. Nous voulions une île calme avec la possibilité de faire du snorkeling depuis la plage (pas si évident que cela à trouver!). Je me suis donc renseignée sur l’île de Koh Lanta (pas top pour le snorkeling apparemment!), Koh Lipe (trop loin, et peu propre), Koh Tao (pas la bonne période!), les Similan (trop compliqué car il faut réserver pour planter sa toile de tente, ou excursion à la journée seulement!). En bref, nous recherchions un petit hôtel en retrait avec des cabanes face à la mer, propice au snorkeling depuis la plage… Bingo! Après moult recherches, nous trouvons le « Phi Phi Relax Beach Resort », un petit hôtel situé à l’opposé de l’embarcadère (au calme, accessible uniquement en longtail boat). Nous avons adoré notre séjour entre repos, baignade, snorkeling devant notre bungalow, randonnée, massages thaïs, bons petits plats thaïs et balade à Maya Bay. Un petit paradis sur terre, la couleur de l’eau qui oscille entre le turquoise et le vert, est tout simplement incroyable (je n’avais jamais vu une eau d’une telle couleur auparavant, photos non retouchées!).

  1. Notre arrivée à Koh Phi Phi et notre bungalow

A Koh Phi Phi, tout est tourné vers le tourisme (un peu trop) qu’il s’agisse des guesthouses et hôtels, des excursions, des restaurants, des nombreux clubs de plongée, des salons de tatouage (genre « Very Bad trip » lol), des reggae bars… C’est ce qui explique la foule à la sortie de la navette avec des rabatteurs en tous genres. De notre côté, un longtail boat nous attend afin de nous emmener à notre hôtel situé de l’autre côté de l’île! Arrivée au top; nous sommes immédiatement séduits en voyant le cadre qui s’offre à nous et notre bungalow face à cette mer turquoise. Nous sommes au calme loin de l’agitation de Tonsaï.

2. Snorkeling depuis la plage : première activité et non des moindres! Juste devant notre bungalow, le snorkeling est très correct (malgré les coraux morts liés au tsunami de 2004, au tourisme de masse et au carburant des bateaux). Attention : particularité des poissons thaïlandais (ils piquent les jambes et attaquent les touristes!). C’était assez drôle, à plusieurs reprises, nous avons entendu des touristes hurler, genre « les dents de la mer »!

Phi Phi Lee
Phi Phi Lee

3. Maya Bay et Phi Phi Ley : la sortie incontournable est bien celle de Maya Bay (site exceptionnel où a été tourné le film « La Plage » avec Leonardo Di Caprio). Si la plage, le site et la couleur de l’eau sont superbes, il y a beaucoup trop de touristes (vraiment dommage) dès 9h, à tel point qu’une touriste chinoise s’était carrément installée sur ma serviette de plage (si si, y avait pas assez de place sur le sable lol!). Nous garderons cependant bien en mémoire notre découverte de ce paradis enclavé (préservé des regards et protégé dans son cercle et ses pics rocheux). Concernant le snorkeling, rien à voir à Maya Bay (et non!), les spots plus intéressants se trouvent à l’extérieur et autour de Phi Phi Ley (je pensais voir beaucoup plus de poissons notamment des poissons clown, déception! Attention aux longtails en snorkeling!).  En résumé, il vaut mieux arriver vers 7h30-8h00 pour apprécier cette sortie. N.B : Attention, le gouvernement évoque la possibilité de fermer le site à cause de la pollution et du tourisme de masse qui accélèrent la destruction des coraux à Koh Phi Phi… Affaire à suivre.

4. View Point: Notre hôtel étant situé de l’autre côté de l’île, nous avons décidé de traverser la « jungle » pour rejoindre  « view point » qui offre un beau panorama de l’île et pour aller jeter un oeil du côté de Tonsaï (une bonne randonnée pour la journée!). Malheureusement pour nous, la mer descend… les photos sont donc moins jolies à marée basse 😉

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

5. Massages thaïs face à la mer : TOP! Nous profitons de ces quelques jours pour tester les massages thaïs. Pour moi, c’est un massage « soft » qui ne se révèle pas si « soft » que ça finalement mais qui requinque bien après la randonnée et le snorkeling! De plus, on a bien rigolé avec nos deux masseuses.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Poulet au curry rouge et lait de coco

6. Gastronomie : nous avons adoré la gastronomie thaïe notamment le succulent poulet au curry rouge et lait de coco (le curry vert était vraiment trop fort). Cela m’a donné envie de prendre des cours de cuisine thaïe en rentrant en France.

Koh Phi Phi en résumé : Vraiment TOP si l’on parvient à éviter les hordes de touristes qui se s’amassent près de l’embarcadère, à Tonsaï. Si vous aimez le calme et si vous restez à Tonsaï, vous serez très déçus (on a l’impression d’être sur la côte d’azur en plein été sans oublier les beuveries nocturnes!). De notre côté, nous avons passé un séjour très agréable et zen au Phi Phi Relax Beach Resort de l’autre côté de l’île. Que de bons souvenirs!

Baie Phang Nga

Après notre séjour à Koh Phi Phi, nous décidons de retourner à Phuket Old Town pour nous rendre ensuite à la fameuse baie de Phang Nga (dans la mer d’Adaman) que certains comparent à la baie d’Halong. Nous optons pour une excursion (contrairement à nos habitudes!) et nous retrouvons avec de nombreux touristes chinois et indiens. Si c’était à refaire, nous irions par nos propres moyens. Nous avons tout de même apprécié notre journée qu’il s’agisse de la fameuse roche de Ko Tapu (appelée James Bond Island car elle apparaît dans L’Homme au pistolet d’or), du village musulman sur pilotis appelé Koh Panyee ou du « Monkey temple » (avec ses nombreux singes peu farouches et ses grottes abritant un bouddha couché). Conseil : pour profiter pleinement du paysage, il vaut mieux privilégier une visite individuelle en prenant un hôtel sur place et en louant un longtail boat tôt le matin (de notre côté, nous n’avions pas assez de temps pour organiser cette sortie nous-mêmes).

Bangkok (à nouveau)

Après un vol Air Asia, retour à Bangkok pour terminer notre séjour et notre visite de cette ville fascinante : Kao San Road, Chinatown, les marchés…

Bilan de notre voyage en Thaïlande

Les + : Très bon accueil de manière générale, gentillesse des thaïlandais, dépaysement assuré, gastronomie, magnifiques temples et grande richesse culturelle (des tas de choses à voir), beauté des îles. De plus, il est très facile de se déplacer en Thaïlande. Une destination vraiment chouette pour une première découverte de l’Asie.

Les – : Trop de touristes à certaines périodes de l’année (en février notamment avec les hordes de touristes chinois), la pollution à Bangkok et dans les îles (avec une répercussion sur l’écosystème), les pauvres éléphants maltraités et torturés qui n’ont rien demandé à personne un peu partout en Thaïlande (juste pour le tourisme)… De notre côté, nous avons réussi à échapper au tourisme de masse à de nombreuses reprises lors de notre séjour.

Prochain voyage en Thaïlande : Bangkok, Sokhuthaï, Erawan, Chiang Mai, Koh Tao 😉

Hôtels :

Bangkok : Chern Hotel (bon rapport qualité/ prix, 28 euros/nuit pour deux, réservé sur booking, hôtel bien situé non loin des temples, machine à laver, service assez long pour le petit déjeuner cependant): Chern (Booking); Phuket Old Town : 99 Oldtown boutique Guesthouse (23 euros/ nuit pour deux; petit déjeuner sommaire compris; très typique, accueil sympathique, mal insonorisé cependant; il faut enlever ses chaussures avant de monter! Réservation sur booking); Koh Phi Phi : Phi Phi Relax Beach Resort (TOP! bungalow face à la mer, au calme, très bon restaurant, excursions proposées, massages thaïs, snorkeling devant le bungalow, cependant absence d’eau chaude, réservation sur le site de l’hôtel, 40 euros/ nuit pour deux). Site du Phi Phi Relax Beach Resort

Parfum exotique : mon invitation au voyage à la Martinique


« Je suis né dans une île amoureuse du vent
Où l’air a des senteurs de sucre et de vanille
Et que berce au soleil du tropique mouvant
Le flot tiède et bleu de la mer des Antilles. » (Daniel Thaly, 1879-1950, « L’île lointaine »)
« Les ignames dans le sol marchent à grands pas de trouées d’étoiles » (Aimé Césaire (1913-2008), « Tam tam II », Les Armes miraculeuses)

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAhhh La Martinique… Il suffit d’en parler et me voilà plongée dans une douce rêverie mêlant soleil, palmiers, frangipaniers, ananas, tortues marines, épices, poulet boukané, rhum planteur…  Oui, c’est vrai, une image de la Martinique demeure, celle d’une « île aux fleurs » ou d’une île verte où il fait bon vivre, où les « senteurs de vanille » mêlées aux odeurs florales et sucrées nous transportent dans un rêve exotique. Image d’Epinal or not ? Farniente, soleil, cuisine créole, randonnées près de la Montagne Pelée, plongée et snorkeling : activités uniques d’un séjour à la Martinique ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERALes traces d’un lourd passé lié à l’esclavage restent présentes sur l’île verte. En effet, de nombreux témoignages historiques sont visibles un peu partout sur l’île qu’il s’agisse de la Savane des esclaves, de la maison du bagnard, du mémorial de l’Anse Caffard ou des hommages à Aimé Césaire, célèbre poète de la négritude originaire de la Martinique. C’est pourquoi, si la Martinique a comblé nos attentes tropicales (eaux cristallines du Cap Chevalier et des fonds blancs, superbes sites de snorkeling aux Anses d’Arlet avec possibilité de nager avec les tortues, quelques cascades et des jardins botaniques magnifiques au nord de l’île), nous avons aussi découvert la Martinique sous un autre jour en visitant certains sites culturels. Ce que nous avons un peu moins aimé, les moustiques et le virus Zika (puisque nous avons réussi à attraper ce fameux virus!). Nous gardons néanmoins un très bon souvenir de notre séjour à Madinina, un séjour en famille pour le plus grand plaisir des petits et des grands. Je me propose donc de vous livrer nos impressions sur cette perle des Antilles sachant que nous avons posé nos valises à Grande Anse (Anses d’Arlet).

Que faire en Martinique pendant 15 jours ?

  1. Faire du snorkeling et de la plongée (Anses d’Arlet, Anse Noire, Anse Dufour)

C’est vraiment L’ACTIVITE à ne pas manquer à la Martinique notamment à Grande Anse (Anses d’Arlet). S’il existe des fonds marins beaucoup plus riches dans les Caraïbes, la Martinique offre tout de même de belles possibilités en snorkeling. Après deux baptêmes de plongée effectués respectivement au Marin et à Grande Anse (j’y reviendrai), j’ai vu beaucoup plus de poissons en snorkeling près des rochers sur la plage de Grande Anse (juste après le bar-restaurant Ti Sable) : poissons tropicaux (jolis poissons-trompettes, poissons-coffres, chirurgiens notamment), coraux colorés et de nombreuses tortues (tous les matins). Nager avec des tortues restera, pour moi, un souvenir magique.

Sur les tortues, je renvoie à mon article intitulé Nager avec des tortues, une expérience magique…

Quelques images de mes tortues martiniquaises sur YouTube

Pour les enfants, il est très facile de s’adonner au snorkeling sur la plage de Grande Anse puisque mon fils de 6 ans y a observé ses premiers poissons tropicaux (il suffit juste de s’entraîner à mettre le masque et à respirer dans le tuba).

2016-04-08_15-25-11Ce voyage à la Martinique a été également l’occasion de tester la plongée. Beaucoup d’appréhension lors de cette première expérience réalisée en duo avec ma soeur. Nous avions décidé de tenter l’expérience au Marin (Le Marin Plongée) puisque le club de plongée offre quelques photos-souvenirs (on se disait qu’on pourrait garder quelques clichés de notre premier baptême de plongée en duo). Après réflexion, c’était une mauvaise idée : les fonds marins les plus beaux de la Martinique se trouvent aux Anses d’Arlet (juste devant notre location, pas utile de faire 30 minutes de route pour voir des fonds moins beaux). De plus, comme plusieurs plongeurs avaient annulé à la dernière minute, nous avons été accueillies assez froidement par l’un des moniteurs qui possède un sens de l’humour assez douteux. Notre première plongée n’a pas été réalisée dans de bonnes conditions (plongée près d’un chenal et peu de pédagogie alors que nous étions assez stressées). Après cette expérience très mitigée, nous ne voulions pas rester sur un échec : deuxième baptême de plongée chez Alpha plongée (Anses d’Arlet) : des moniteurs pédagogues et sympathiques qui nous ont mis immédiatement en confiance. Pourtant, je reste sur ma première impression : j’ai vu beaucoup plus de choses en snorkeling qu’en plongée.

2. Grande Anse et Anses d’Arlet

Si Grande Anse se présente comme une longue plage de sable doré et bordé de cocotiers avec ses petites maisons et ses restaurants « les pieds dans l’eau », elle constitue le lieu idéal pour la plongée en apnée (près des rochers à côté du bar-restaurant Ti Sable). Nous avions d’ailleurs loué un grand appartement à Grande Anse afin de profiter des fonds marins (tous les jours) et d’une magnifique vue sur la mer (location : La Limena). Quant aux Anses d’Arlet, il s’agit d’un village de pêcheurs qui a su garder son caractère authentique : petite plage avec des barques colorées et village assez animé (avec son petit marché – il faut absolument aller voir José, le maraîcher! – et ses pêcheurs qui vendent du poisson presque tous les matins). L’authenticité se paie cependant (la commune a mis en place une taxe de séjour que nous avons dû régler à notre arrivée).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vue (randonnée Morne Champagne)

Il est également possible de faire une petite randonnée aux Anses d’Arlet : il s’agit du Morne Champagne (1h30 AR, accès par la route bétonnée qui démarre sur la RD 7). Un sentier grimpe vers le Morne Champagne. On rencontre des laves noirâtres et on jouit d’une belle vue sur Grande Anse (retour par le même chemin ou par le bourg des Anses d’Arlet).

3. Balade au Diamant : de la maison du bagnard à l’Anse Caffard

OLYMPUS DIGITAL CAMERAImpossible de se rendre à la Martinique sans aller voir le célèbre rocher du Diamant qui fut un ancien abri de pirate et un point fortifié pendant les combats entre Français et Anglais dans les Caraïbes. Ce nom aurait été inspiré par ses formes anguleuses qui rappellent la pierre précieuse. Aujourd’hui, le rocher est surtout admiré de loin lors de couchers de soleil « romantiques » (les plongeurs s’y rendent également pour la faune marine) et apparaît comme l’un des symboles de la Martinique avec la Montagne Pelée ou la Baignoire de Joséphine. La ville du Diamant possède également de nombreux sites culturels à visiter : de notre côté, nous avons privilégié la Maison du bagnard (malheureusement détériorée par des « casseurs » lors de notre visite), le Mémorial de l’Anse Caffard ainsi que la promenade Aimé Césaire.

Pour info, la Maison du bagnard doit son nom à son constructeur Médard Aribot surnommé « le bagnard » car il avait passé 25 ans au bagne de Cayenne. Après sa sortie, cet artiste s’installa au Diamant et vécut de ses oeuvres et créations. Quant au Mémorial de l’Anse Caffard, une visite incontournable – selon moi – pour prendre conscience du passé de l’île. Ce mémorial a été réalisé à l’occasion du 150ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage car c’est à cet endroit qu’un navire négrier clandestin jeta l’ancre en 1830. Ce dernier fut victime d’une houle d’une extrême violence et se brisa contre les récifs. Un site qui fait vraiment réfléchir…

4. Une journée à l’Anse Michel (Cap Chevalier) : la carte postale existe vraiment!

Nous avons particulièrement apprécié notre journée à l’Anse Michel (Cap Chevalier) : lagon aux eaux cristallines et plage paradisiaque (idéale pour les enfants). Une des plus belles plages de la Martinique (selon nous) et une vraie carte postale! Nous avons également déjeuné « les pieds dans l’eau » (sous les palmiers) au restaurant de plage « Le Cocotier » (dégustation d’acras, de jus de fruits frais et autres spécialités créoles) : TOP!  Cette magnifique plage est un lieu très prisé par les familles le week-end (il vaut mieux privilégier une balade en semaine).

5. Une journée dans le Nord de l’île : la Martinique, une véritable île verte

La découverte du nord de l’île fait partie de nos plus beaux souvenirs de la Martinique. Pour cette visite, il a fallu prendre la route tôt le matin en direction des jardins de Balata mais avons finalement renoncé à visiter ce jardin (un peu cher selon nous, 13.50 euros/ personne) et le domaine d’Emeraude nous avait été conseillé par un collègue martiniquais de Nicolas. Nous avons pris la route de la Trace (ouverte par les jésuites au XVIIIème siècle), l’une des plus sauvages de l’île. Après une petite halte à l’église du Sacré-Coeur (qui offre une belle vue sur la baie de Fort de France), nous nous sommes dirigés vers la cascade du Saut Gendarme (route D1 en direction de Fonds Saint-Denis) : une jolie cascade de 10 mètres où l’on peut se rafraîchir et déjeuner (petite aire de pique-nique). Même si nous avons vu des cascades beaucoup plus impressionnantes à Hawaii et à la Réunion, nous avons apprécié cette immersion dans la forêt tropicale. Nous aurions aimé aller jusqu’à l’Anse Couleuvre pour voir une autre cascade haute de 120 mètres mais l’accès est assez compliqué (il faut un 4×4 pour aller jusqu’au parking situé près du Prêcheur, puis faire 1h15 de marche) ; ce sera donc pour une prochaine fois. Après cette balade, nous avons déjeuné près du Morne Rouge dans un excellent restaurant (« La Chaudière ») où nous avons dégusté des spécialités créoles (voir photos).

L’après-midi a été consacrée au domaine d’Emeraude situé au Morne Rouge (6 euros/adulte) : conçu par le Parc Naturel régional de la Martinique, ce parc permet de découvrir la végétation tropicale à travers plusieurs balades fléchées et comporte un pavillon d’exploration de la nature (très pédagogique) qui permet de découvrir l’histoire naturelle de la Martinique (végétation, formation des sols, fruits et légumes, mangrove, animaux…). De plus, le paysage naturel de l’île est présenté aux côtés de citations, proverbes et autres poésies régionales.

 6. Les fonds blancs avec Ty domino

S’il est une sortie incontournable à la Martinique, c’est bien l’exploration des fonds blancs à l’est de l’île au départ du François ou du Robert. Il s’agit de remontées de sable au milieu de l’eau qui font que l’on a pied en pleine mer. On cite souvent la baignoire de Joséphine (située entre les îlets Thierry et Oscar) mais nous avions envie de nous éloigner du « folklore » touristique (et des pièges à touristes) avec baptême du rhum surtout avec les enfants. Nous avons donc contacté Christian pour une sortie en catamaran (Ty domino) dans les fonds blancs. Au programme : îlet Madame et visite de l’îlet Chancel avec ses iguanes, baignade, kayak, déjeuner sur le bateau (tout est fait maison! les rillettes de poisson, le pain, le gratin…). Nous avons particulièrement apprécié cette journée : couleurs magnifiques, les enfants ont adoré se baigner dans ces eaux cristallines et découvrir les iguanes parmi les ruines de l’îlet Chancel.

6. Randonnée sur la presqu’île de la Caravelle

L’extrémité de la presqu’île de la Caravelle fait partie du Parc Naturel Régional de la Martinique : au programme, de jolies balades à faire tôt le matin sur la pointe de la Caravelle. Il existe plusieurs randonnées (grand tour et petit tour) qui permettent de découvrir la mangrove (avec ses nombreux crabes!) et de petites baies. On peut aussi visiter le Château Dubuc : il s’agit d’une habitation du XVIIIème siècle  (aujourd’hui en ruines…) ayant appartenu à de riches exploitants de canne à sucre qui se livraient à un trafic d’esclaves.

Nous avons aussi découvert Tartane, village de pêcheurs au fond d’une anse protégée par la barrière de corail.

7. La Savane des esclaves (Trois Ilets)

Une visite très intéressante qui permet de découvrir un village d’antan composé de petites cases traditionnelles réalisées en bois local. Ces dernières sont disséminées dans un parc riche en arbres fruitiers et donnent une idée du quotidien des esclaves. Il faut absolument faire la visite guidée (durée : 1h-1h15) car elle permet à la fois de comprendre, de manière très pédagogique, l’interprétation qui était faite du sinistre et horrible « code noir » à l’époque de l’esclavage et d’apprendre de nombreuses choses sur les plantes médicinales.

8. Les marchés (Petite Anse, Le Marin, Fort de France) et rhumeries

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPlanteur de la Martinique

De petites visites à ne pas manquer pour flâner : les marchés et les rhumeries. De notre côté, nous avons particulièrement apprécié la visite de la rhumerie Neisson (Le Carbet) et la dégustation du vieux rhum. Nous avons également flâné dans les marchés (indispensable pour se plonger dans l’ambiance martiniquaise – exotisme garanti -) : marché du Marin (marché agréable avec dégustation de pâtisseries locales), marché des Anses d’Arlet (petit marché typique avec pêcheurs et maraîcher)… Le marché de Fort de France vaut également le détour.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Marché de Petite Anse

 

 

Autres visites à faire si l’on a du temps (et de l’argent!) : l’habitation Clément (Le François), le zoo de la Martinique, Jardins de Balata, Musée de la Banane, excursion pour aller voir les dauphins.

Autres activités: Jet Ski aux Trois Ilets, location d’un bateau pour aller voir les dauphins et tortues, escapade à Sainte-Lucie ou à la Dominique pour deux jours.

Les + : 

Nous avons particulièrement apprécié l’accueil qui nous a été réservé de manière générale à la Martinique, le snorkeling et la plongée aux Anses d’Arlet, le farniente sur les plages paradisiaques de l’Anse Michel, les balades dans le Nord de l’île, la gastronomie notamment le poulet boukané et les acras. Ce que nous ferons lors d’un autre séjour en Martinique : plusieurs randonnées (Montagne Pelée et la cascade de l’Anse Couleuvre) et location d’un bateau pour une ou deux journée(s).

Les – (ce n’est que mon humble avis) :

Je m’attendais à trouver un grand musée sur Aimé Césaire (grosse déception pour la passionnée de littérature que je suis). Par ailleurs, trop de fruits importés à la Martinique : on profite peu des fruits locaux, c’est très décevant car d’autres îles parviennent à faire profiter les touristes des fruits exotiques à l’image de la Réunion ou des Seychelles. Peu de cocktails de fruits frais dans les restaurants (à plusieurs reprises, on m’a servi du jus de fruits multivitaminé en bouteille!).

Restaurants, bonnes adresses :

-« Ti Sable » (bonne adresse, concerts sympathiques), Grande Anse, Anses d’Arlet

-« Chez Evelyne », Grande Anse, Anses d’Arlet (les pieds dans l’eau, service très lent et long mais le cadre est superbe, menu langouste).

-« La Chaudière », Morne Rouge (meilleure expérience culinaire de notre séjour, très bon accueil, excellente cuisine créole, gentillesse de l’accueil et cadre sympathique avec terrasse qui donne sur un jardin).

-« Le Cocotier » (Anse Michel, Cap Chevalier) : déjeuner les pieds dans l’eau, tout est fait maison.

[COLOMBIE] Histoire d’un coup de coeur pour Cayo Cangrejo


« Dans les Caraïbes, et plus généralement en Amérique latine, nous pensons que les situations « magiques », font partie de la vie quotidienne, au même titre que la réalité la plus banale. » (Gabriel Garcia Marquez, écrivain colombien, lauréat du prix Nobel)

Cayo Cangrejo, la mer aux 7 couleurs @pink.turtle.blog
Cayo Cangrejo, la mer aux 7 couleurs @pink.turtle.blog

Lors de mon voyage « entre filles » en Colombie, mon amie Julie m’avait concocté un programme qui allait me réserver bien des surprises! Le lendemain de mon arrivée à Bogota, direction l’archipel colombien de San Andres (2h de vol) dans les Caraïbes, des îles paradisiaques peu connues (San Andres et Providencia). Nous posons nos valises sur la paisible île de Providencia qui restera, pour moi, un vrai coup de coeur notamment CAYO CANGREJO.

Cayo Cangrejo ou Crab Cay, petit bout de terre au milieu de la mer aux 7 couleurs

A l’ouest de l’île de Providencia, nous observons de loin ce petit îlot avec envie tant l’eau semble cristalline… Nous traversons la mer aux 7 couleurs en kayak et nous passons une journée fantastique sur cet îlot paradisiaque qui fait partie du « parque Nacional Natural Old Providence Mac Been Lagoon ».

Après avoir payé un petit droit d’entrée, nous improvisons un tour de l’îlot à la nage pour une exploration en snorkeling (je suis armée de mon appareil waterproof et ne compte pas en laisser une miette!) : un spectacle de toute beauté s’offre à nos yeux qu’il s’agisse des poissons de toutes les couleurs, des bancs de poissons et des tortues qui ne sont pas si farouches que cela (les tortues se promènent, en effet, très souvent à droite du ponton lorsqu’on se trouve face à Cayo Cangrejo).

Tortue de Providencia, Colombie @pink.turtle.blog
Tortue de Providencia, Colombie @pink.turtle.blog
Tortue de Providencia, Colombie @pink.turtle.blog
Tortue de Providencia, Colombie @pink.turtle.blog

Nous montons tout en haut de l’îlot : vue époustouflante sur la mer aux sept couleurs qui ne porte visiblement pas son nom pour rien !

Cayo Cangrejo, Providencia @pink.turtle.blog
Cayo Cangrejo, Providencia @pink.turtle.blog
Cayo Cangrejo, la mer aux 7 couleurs @pink.turtle.blog
Cayo Cangrejo, la mer aux 7 couleurs @pink.turtle.blog

Pour nous remettre de nos émotions, un petit stand convivial est aménagé sur le ponton (boissons fraîches, coco, chips et empanadas à la langouste…). Pour info, L’empanada colombienne est réalisée à base de maïs puis frite dans l’huile.

Cayo Cangrejo, Providencia @pink.turtle.blog
Cayo Cangrejo, Providencia @pink.turtle.blog

Juste à côté de Cayo Cangrejo : Three brothers Cays… Des îlots où les oiseaux migrateurs ont trouver refuge mais il y a beaucoup de courant pour y accéder en kayak (il vaut mieux y aller en bateau à moteur).

Three brothers cay, Providencia @pink.turtle.blog
Three brothers cay, Providencia @pink.turtle.blog
Snorkeling, Providencia, Colombie @pink.turtle.blog
Snorkeling, Providencia, Colombie @pink.turtle.blog

Comment y aller?

Prendre d’abord un vol interne pour San Andres (depuis Bogota ou Cali), puis prendre un autre vol pour Providencia (cette option reste assez onéreuse) ou prendre le bateau à partir du port de San Andres (c’est beaucoup moins cher mais ça secoue!! prévoir des médicaments contre le mal des transports!). A Providencia, il faut rejoindre la partie ouest de l’île (nord ouest à côté de l’hôtel deep blue). De nombreux bateaux à moteur proposent la traversée et reviennent vous chercher lorsque vous le souhaitez sur le ponton de Cayo Cangrejo. Les taxis-motos connaissent bien les locaux qui proposent cette traversée. Vous pouvez aussi, comme nous, effectuer la traversée en kayak (il suffit de louer un kayak sur le rivage). De nombreuses posadas proposent la location de Kayak.

Quelques images de ce bout de terre fabuleux et de ses tortues dans la vidéo suivante :

Pour suivre mes aventures en direct et papoter voyages et sorties, rendez-vous sur Instagram et sur Facebook! @ très vite mes petits voyageurs!

[COLOMBIE] La Colombie entre filles, c’est possible!


« Tout le monde veut vivre au sommet de la montagne, sans soupçonner que le vrai bonheur est dans la manière de gravir la pente » (Gabriel Garcia Marquez, écrivain colombien lauréat du prix Nobel).

Pourquoi la Colombie?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Bogota @pinkturtle

J’ai décidé de vous parler de la Colombie, un voyage que j’ai réalisé en « solo » en mai 2016 (sans ma moitié et mon petit garçon, un voyage « entre filles ») et qui s’est avéré être un vrai coup de cœur. Un endroit restera gravé à jamais dans ma mémoire : CAYO CANGREJO ou CRAB CAY. Premier constat : un premier voyage en Amérique latine ne s’oublie pas !

La réputation de la Colombie ne favorise pas le tourisme dans ce pays : il faut dire, qu’avec Ingrid Bettancourt, on a beaucoup entendu parler de la Colombie en termes peu flatteurs en France. Les français songent, en effet, d’emblée à la criminalité, aux cartels et évidemment aux farcs… Avec cette image déformée, ce voyage allait inquiéter toute la famille ! C’est pourquoi, j’ai reçu beaucoup de messages juste avant mon départ, des messages du type : « Bon voyage, tu diras bonjour aux farcs ! ». Pourtant, je ne m’inquiète pas trop car mon amie Julie  – qui vit en Colombie depuis 5 ans – me pousse à adopter la zen attitude (« pas de stress, Mymy ») en m’invitant à faire tout de même attention à mon arrivée à Bogota et en me présentant la Colombie sous un jour tout autre :

  • Pays de la Salsa (notamment Cali), du café et de l’artisanat
  • Culture très riche avec une population métissée et les vestiges de la civilisation pré-colombienne (cf. musée de l’or de Bogota)
  • Les Colombiens sont extrêmement accueillants (j’ai pu le vérifier sur l’île de Providencia notamment à la posada Enilda)
  • Des paysages magnifiques notamment ceux de la route du café et de la côte caribéenne.

Mon amie Julie vit depuis 5 ans à Cali en Colombie (elle vient d’obtenir une mutation à Montevideo, Uruguay) et m’invitait à la rejoindre pour un petit périple depuis plusieurs années.

Candelaria Bogota
Candelaria Bogota @pinkturtle

En bref, les + : Accueil au top (des gens très accueillants et très avenants), paysages magnifiques et très variés (jungle, désert, côte caribéenne et plages paradisiaques, paysages verdoyants de la vallée du café, montagnes…), petit budget, culture très riche qu’il s’agisse de l’histoire du pays, de l’archéologie, de la musique ou de la danse, de la littérature et des arts (musée Botero, Garcia Marquez), le café !

Mon programme : Bogota (Musée de l’or, balade dans les rues de la Candelaria pour admirer le street-art, marché…). L’archipel de San Andres avec la superbe île de Providencia qui se mérite ! vous comprendrez vite pourquoi!

Une journée sur l’île de San Andres

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après les retrouvailles (petits cadeaux, saucisson, crêpes et caramels au beurre salé !) et une nuit très courte, nous nous rendons à l’aéroport de Bogota pour un vol de 2h Bogota-San Andres (Julie a acheté les billets en Colombie car ils sont beaucoup moins chers, 80 euros AR). Dès notre arrivée à l’aéroport de San Andres, on ressent l’ambiance caribéenne colombienne (musique et démonstration de cumbia). Puis, je teste le taxi-moto pour la première fois avec mon sac à dos (je n’ai jamais autant ri, à trois sur une moto!!). Nous nous baladons sur la côte ouest de San Andres, les couleurs sont magnifiques et découvrons les plus belles plages de l’archipel (Rocky Cay et la Playa de San Luis). Nous dormons chez l’habitant, à la posada Miss Mazie – La Loma – (accueil au top par Nubia! cependant, un coq chante toute la nuit).

Providencia : mon coup de cœur pour Cayo Cangrejo

Après notre journée à San Andres, départ en bateau pour Providencia à 8h (2-3h de traversée environ), le personnel distribue des médicaments contre le mal de mer à tous les passagers mais je refuse d’en prendre (en bonne bretonne, je me dis que j’ai le pied marin !!). C’est raté, vomissements pendant toute la traversée (de vraies montagnes russes!) et je prends froid avec la climatisation. Cependant, à l’arrivée, c’est une grosse claque : vue magnifique sur Santa Catalina pour me consoler de cette traversée chaotique. Providencia se mérite et nous posons nos valises quelques jours sur cette île paisible, pittoresque et préservée du tourisme de masse… Providencia, c’est aussi l’île du célèbre pirate Morgan (on dit qu’il aurait caché son trésor sur l’île) et l’une des plus grandes barrières de corail au monde.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A notre arrivée, nous nous rendons dans une première posada située à Santa Catalina (petite île reliée à Providencia par un joli pont coloré appelé « lovers bridge »). La chambre aurait besoin d’un gros rafraîchissement et expose une grosse carapace de tortue (pauvre tortue!), la porte de salle de bains est totalement cassée mais ça fera l’affaire pour une nuit. Première journée de découverte : nous nous baladons sur le « lovers bridge » en observant les gros poissons de la mangrove et sur le chemin qui fait le tour de Santa Catalina jusqu’à la Cabeza de Morgan (le fameux pirate!) : nous rencontrons des iguanes, les canons et les bancs colorés (sous le signe du crabe) sont nombreux, nous nous arrêtons près d’une petite crique pour faire un peu de snorkeling et terminons notre périple par un jus de lulo (fruit local colombien également appelé narangille). Le lendemain, nous changeons de posada et prenons une chambre chez Enilda. Top et pas cher ! les gérants sont aux petits soins : petite tisane pour ma sinusite, les repas du soir sont personnalisés, excellents et frais (pêche du jour assurée !).

Lovers bridge, Providencia @pink.turtle.blog
Lovers bridge, Providencia @pink.turtle.blog
Cayo Cangrejo, la mer aux 7 couleurs @pink.turtle.blog
Cayo Cangrejo, la mer aux 7 couleurs @pink.turtle.blog

Histoire d’un coup de cœur pour Cayo Cangrejo

Le lendemain, nous décidons de nous rendre à Cayo Cangrejo ou Crab Cay qui fait partie du « Parque nacional natural old Providence McBean Lagoon ». Ce petit bout de terre au milieu de la mer restera à jamais gravé dans ma mémoire : nous traversons la mer aux 7 couleurs en kayak et nous passons une journée fantastique sur cet îlot paradisiaque. Au programme : farniente, baignade dans les eaux cristallines et turquoises, snorkeling, observation des poissons colorés et des tortues peu farouches, dégustation d’empanadas à la langouste. Nous montons également tout en haut de l’îlot : un panorama époustouflant sur la mer aux sept couleurs s’offre à nos yeux, des dégradés de bleu tout simplement incroyables…

Cayo Cangrejo, la mer aux 7 couleurs @pink.turtle.blog
Cayo Cangrejo, la mer aux 7 couleurs @pink.turtle.blog
Cayo Cangrejo, la mer aux 7 couleurs @pink.turtle.blog
Cayo Cangrejo, la mer aux 7 couleurs @pink.turtle.blog
Tortue de Providencia, Colombie @pink.turtle.blog
Tortue de Providencia, Colombie @pink.turtle.blog

A ce sujet, je vous renvoie à mon article sur Cayo Cangrejo et Three Brothers Cay : Histoire d’un coup de coeur pour Cayo Cangrejo

Autres activités à Providencia

  • Journée « Snorkeling » avec Joël et partie de pêche
Cabeza de Morgan, Providencia @pink.turtle.blog
Cabeza de Morgan, Providencia @pink.turtle.blog

Joël, raizal avec lequel nous avons sympathisé, nous propose une journée « snorkeling » autour de l’île et une partie de pêche en fin de journée (nous dégusterons les poissons pêchés sur la plage le soir même). Après avoir exploré les fonds marins de l’île de la Réunion, des Seychelles, de l’île Maurice, de Koh Phi Phi (Thaïlande) et de Martinique (Anses d’Arlet notamment), je n’ai jamais rien vu d’aussi beau sous l’eau. A Providencia, pas de pêche industrielle (seule la pêche au harpon est autorisée), les fonds sont vraiment préservés et protégés (l’ouest de l’île est un parc naturel). Lors de cette journée, nous avons observé poissons colorés, raies manta, langoustes, requins, murènes à divers endroits de l’île, puis sommes entrées dans « Morgan’s cave » (une petite grotte à laquelle on accède en plongeant en apnée sous un rocher situé à côté de la Cabeza de Morgan).

Snorkeling, Providencia, Colombie @pink.turtle.blog
Snorkeling, Providencia, Colombie @pink.turtle.blog
Jardin de corail, Santa Catalina, Providencia @pink.turtle.blog
Jardin de corail, Santa Catalina, Providencia @pink.turtle.blog

Pour un récit complet de cette journée « snorkeling », rendez-vous ici : Une journée au paradis : snorkeling de rêve sur l’île de Providencia (Colombie)

  • « El Pico » ou « The Peak » (Randonnée à faire très tôt le matin)

Non loin de la posada Enilda (à Casabaja ou Aguamansa), un chemin mène à « El Pico » (360m) qui offre un beau panorama sur l’ouest de l’île. Pour les randonneurs, c’est le top. La randonnée dure environ 3h AR et vous permet de découvrir Providencia d’une autre manière (iguanes, végétation luxuriante, vue à 360°, vue sur la barrière de corail…).

el-pico
  • Plongée

Nous avons testé Felipe diving et nous n’avons pas été déçues. Il s’agissait d’un baptême de plongée (même si j’en avais déjà fait à deux reprises en Martinique) et nous avons observé de magnifiques coraux et des raies manta. Un très beau souvenir mais j’avoue avoir été subjuguée par notre sortie snorkeling avec Joël (un endroit vraiment éblouissant : le jardin de corail de Santa Catalina près de la mangrove après le lovers bridge).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Southwest Bay, chez Arturo @pinkturtle

Bonnes adresses à Providencia : Posasa Enilda (sans hésiter!), « Restaurante Arturo » sur la plage de South West bay (vraiment top! les pieds dans l’eau! produits frais et pêche du jour : il faut tester la langouste et les crevettes!), « El Divino Nino » (restaurant très connu sur l’île de Providencia).

Pour découvrir mes aventures en direct et papoter voyages et sorties, rejoignez-moi sur Instagram et sur Facebook! @ très vite mes petits voyageurs!

Sur Bogota, rendez-vous ici : Bogota, El Dorado ou ville de tous les dangers?

[REP. TCHEQUE] Escapade romantique à Prague


« Les chemins naissent sous nos pas, au fur et à mesure que nous marchons » (Franz Kafka, écrivain pragois, 1883-1924)
img_20161105_075550

Avant de m’envoler pour Prague à la fin du mois d’août, j’étais loin de m’imaginer que cette ville m’envoûterait autant. Surnommée « la ville aux cent clochers », « la ville d’or » ou la « cité vltavine », Prague est une ville mystérieuse et fascinante. Ses ruelles animées, parfois très colorées, sont marquées par l’histoire, l’art et la littérature (Kafka, Smetana, Mucha…). Les balades nocturnes près du Pont Charles et de la Moldau (ou Vltava) éveillent le souvenir des plus belles mélodies de Smetana et les musiciens de rue donnent une ambiance magique à certains quartiers de la ville. On pourrait comparer cette escapade romantique à l’incontournable week-end à Venise pour les amoureux. En tout cas, pas le temps de s’ennuyer à Prague ! J’y ai passé 5 jours et ai été très agréablement surprise par cette ville qui se prête vraiment à un city trip tant il y a de choses à voir et à faire. Il faut cependant prévoir un certain budget pour les visites culturelles (musées, synagogues, Maison Municipale, concerts…) alors que les hôtels et les restaurants sont beaucoup moins onéreux qu’en France.

Mes coups de coeur à Prague : la découverte de l’univers d’Alfons Mucha et de l’Art Nouveau (l’artiste est présent un peu partout à Prague : expositions, boutiques, vitraux de la Cathédrale Saint-Guy, décoration de la Maison Municipale…), l’horloge astronomique, les ruelles animées de la ville et les concerts de musique classique organisés tous les soirs.

Que peut-on faire à Prague pendant 5 jours ?

1/ La vieille ville (Stare Mesto)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La vieille ville notamment la place de la vieille ville fait partie des incontournables de Prague. La fameuse horloge astronomique (devant laquelle s’agglutinent les touristes ! un monde fou !) est tout simplement magnifique. A heures fixes, ambiance gothique et médiévale garantie, j’ai adoré ! En effet, l’horloge s’anime toutes les heures jusqu’à 21h. Les douze apôtres défilent au-dessus du cadran du haut, alors que le cadran du bas affiche le Saint du jour ainsi que les signes astrologiques. En me documentant, j’ai découvert que la légende veut que l’on ait crevé les yeux à l’horloger Hanus, pour l’empêcher de reproduire son chef-d’œuvre ailleurs (oh my god! d’où la présence d’un musée de la Torture à Prague?). L’horloge est aussi ornée de 4 allégories : la vanité (avec l’objet symbolique du miroir), l’avarice (représentée par un commerçant avec sa bourse), la mort (le squelette avec sa sonnette) et la convoitise (symbolisée par un prince turc avec sa mandoline). Voici une courte vidéo (« quand sonne l’heure ») :

La place de la vieille ville est également magnifique avec son architecture « bigarrée ». De même, églises gothiques, ruelles médiévales, palais baroques, façades Art Nouveau (à la Mucha) se côtoient sans discordance dans la vieille ville de Prague. Tous ces contrastes architecturaux participent de la richesse de Prague et nous propulsent dans un voyage dans le temps. Sur cette place, on retrouve également un beau bâtiment dédié aux expositions temporaires (Dali, Picasso et Mucha). Nous avons visité la superbe exposition sur Mucha qui valait vraiment le détour (j’y reviendrai).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans la vieille ville, de nombreux concerts de musique classique sont proposés chaque soir (en moyenne, la place revient à 20 euros pour une heure de concert), il serait vraiment dommage de s’en priver. Au programme, des extraits des Quatre saisons de Vivaldi, divers « Ave Maria » (Gounod, Schubert) sans oublier l’incontournable Smetana (La Moldau), le célèbre compositeur tchèque (1824-1884). De notre côté, nous avons assisté à un concert dans la Cathédrale Saint-Clément du Clementinum et avons adoré! Ni trop long, ni trop court, le concert était magnifique et mystique dans cette Cathédrale (conseil : prenez des places devant pour une meilleure acoustique).

2/ Le Pont Charles et le château de Prague (Mala Strana)

14089123_10154466587159494_6278678994715074351_n

Un autre point d’intérêt de Prague (et non des moindres !) : le fameux Pont Charles. Datant du XIVème siècle, il relie la vieille ville au quartier baroque de Mala Strana. Le pont Charles est un peu le symbole de la ville, de nombreux artistes pragois proposent d’ailleurs des tableaux représentant ce célèbre pont. Dès notre arrivée à Prague (en soirée), nous nous sommes rendus à la tour gothique du pont Charles et avons trouvé les balades nocturnes sur le pont magiques et romantiques : musiciens de rue, vue sur le Château mis en valeur par les jeux de lumière et nombreux cadenas d’amour à l’image du pont des Arts à Paris. Il faut, dans la mesure du possible, essayer de découvrir le pont à différents moments de la journée notamment le matin et le soir.

Quant au très beau Château de Prague, il se mérite puisque vous devez monter de nombreuses marches (ne pas oublier la bouteille d’eau et le chapeau en été) pour atteindre l’entrée du château (il vous faudra également patienter dans de longues files d’attente en pleine saison mais la relève de la garde et les musiciens de rue seront là pour vous faire patienter). Le jeu en vaut la chandelle puisqu’il s’agit d’un ensemble de monuments à ne pas manquer. Au programme, un beau panorama sur la ville puisque le château a été construit sur la colline Hradcany, la découverte de la Cathédrale Saint-Guy avec sa superbe porte d’or représentant le jugement dernier et ses vitraux Art Nouveau dont l’un a été réalisé par Alfons Mucha, la basilique Saint-Georges avec sa façade colorée (baroque) et ses tours romanes, et la fameuse ruelle d’or avec sa rangée de maisonnettes colorées et miniatures (la légende dit que c’était le quartier des alchimistes et que Kafka y a habité en 1916-1917). Si vous désirez vous y rendre, n’oubliez pas de prévoir du temps pour la visite de cet ensemble…

3/ Le quartier juif (Josefov)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le quartier juif (Josefov) de Prague est également à visiter : situé dans la vieille ville, il était le « ghetto » juif de la ville sachant que la communauté juive de Prague fut l’une des plus importantes d’Europe. Aujourd’hui, on peut visiter de nombreuses synagogues mais nous avons trouvé les prix d’entrée très élevés. Le guide Michelin conseille de visiter la Synagogue Vieille-Nouvelle qui est d’un grand intérêt historique car il s’agit de la plus vieille synagogue d’Europe en activité. Cependant, nous avons été déçus par cette visite : tarif beaucoup trop élevé (20 euros/ personne), un petit dépliant, endroit très exigu, intérêt esthétique limité… Il vaut mieux privilégier, à mon sens, la synagogue espagnole (synagogue de la communauté séfarade de Prague) ou la synagogue Klaus et le vieux cimetière juif. Pour moi, Josefov restera un quartier mystique avec sa petite mairie juive, ses synagogues et son ambiance kafkaïenne.

4/ L’univers de Mucha : des expositions à la Maison Municipale

14054203_10154463602354494_8737165312808400010_n

Pour moi, Prague, c’est aussi la découverte de l’univers artistique d’Alfons Mucha et de l’Art Nouveau. La présence de Mucha (1860-1939) se ressent partout à Prague puisque l’artiste était à la fois affichiste, graphiste, peintre, architecte d’intérieur, illustrateur et décorateur. C’est pourquoi, des expositions aux boutiques en passant par la Maison Municipale ou la Cathédrale Saint-Guy, Mucha a marqué Prague de son empreinte. Si Mucha a vécu à Paris – ce qui lui a permis de réaliser de nombreuses affiches publicitaires pour Sarah Bernhardt et pour de nombreuses pièces (Lorenzaccio, Hamlet, Médée, La Dame aux camélias) – il s’installera définitivement à Prague vers 1910 et décorera la Maison Municipale et le Théâtre National. La découverte de cet artiste a été pour moi un vrai coup de cœur : style décoratif, ornementation luxuriante inspirée de la nature, femmes langoureuses ou des muses sensuelles associées à un style baroque… De manière générale, nous avons adoré l’exposition temporaire consacrée à Mucha sur la place de la vieille ville, les nombreuses boutiques qui vendent des objets à l’effigie de Mucha, les vitraux de la Cathédrale Saint-Guy et surtout la décoration de la Maison Municipale. Petit Conseil : la visite de la Maison Municipale vaut vraiment le coup (je conseille de réserver une visite guidée en anglais à l’entrée de la Maison, aucune visite libre quoi qu’il en soit).

5/ Sur les traces de Kafka…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Si Mucha est très présent à Prague, il en est de même pour Kafka (1883-1924), écrivain pragois, célèbre auteur de La Métamorphose et du Procès, qui est mis à l’honneur dans de nombreux quartiers (vieille ville, Josefov, Mala Strana…) : ancienne habitation, musée, sculptures et tour « Kafka » (1h) organisé par de nombreuses agences à Prague. Personne n’échappe à l’univers kafkaïen à Prague notamment dans le quartier Josefov puisque l’écrivain avait des origines juives.

14047389_10154469699099494_1322951678468736268_o

La ville présente également une architecture moderne avec sa célèbre « Maison qui danse » et ses sculptures contemporaines.

Autres quartiers animés : la place Venceslas est un quartier animé avec ses musiciens de rue, animateurs avec leurs bulles de savon, ses spectacles nocturnes (cracheurs de feu notamment).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
img_20161203_151631

Amateurs d’art : la Galerie Nationale de Prague vaut également le détour : au programme, des collections d’art ancien, des collections classiques (Ribera, Van Dyck…) mais surtout des collections d’art moderne (Gauguin, Toulouse-Lautrec, Picasso, Cézanne, Van Gogh, Renoir sans oublier Klimt qui est très présent à Prague).

Que peut-on rapporter de Prague?

Une reproduction d’un tableau de Mucha (ou d’autres objets de décoration, mugs, tee-shirts, livres…), des marionnettes (Prague possède de nombreuses boutiques de marionnettes et son Théâtre de marionnettes est une véritable institution), une reproduction de l’horloge astronomique, des poupées tchèques, un objet en cristal de Bohème ou de la bière tchèque (évidemment!)…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Souvenirs de Prague (Mucha)

Quelques adresses :

Hôtel : Cloister Inn Hôtel (bon rapport qualité/prix, hôtel au calme très proche de la vieille ville, pratique puisqu’on peut tout faire à pied, le sourire du personnel n’était cependant pas au rendez-vous).

Restaurants : Restaurace U Rudolfina (Old town) – « cantine » tchèque avec menu en tchèque uniquement, très bien si vous souhaitez goûter quelques spécialités (bière, goulash, viande panée, épinards cuisinés, porc braisé notamment), peu onéreux et typique; La Piccola Perla (Old Town) – très bon restaurant italien mais nous avons beaucoup (trop) attendu pour avoir nos plats; CP1Cafe and Wine Bar – charmant petit bar-restaurant, bonne cuisine locale et internationale, simplicité des plats (excellents légumes au barbecue) et concerts de jazz manouche à partir de 21h. Bon rapport qualité-prix.

Pour terminer, un court extrait d’un concert de rue auquel nous avons assisté devant la Maison Municipale de Prague :

[COLOMBIE] Bogota, El Dorado ou ville de tous les dangers?


« La vie n’est pas ce que l’on a vécu, mais ce dont on se souvient et comment on se souvient » (Gabriel Garcia Marquez, écrivain colombien, lauréat du prix Nobel).

Bogota, El Dorado ou ville de tous les dangers?

Ah ! Bogota ! Quartiers sordides et insécurité, c’est souvent l’image qu’on se fait de la plus grande ville de Colombie. Pourtant, après quelques recherches sur la capitale colombienne, impossible de passer à côté de Bogota sans visiter cette ville dynamique. En effet, les couleurs de la Candelaria, son architecture coloniale, le street-art et le musée de l’or suscitent vivement mon intérêt. Pour autant, deux jours semblent suffire pour pouvoir prendre la température de la ville et voir ses différents points d’intérêt.

Candelaria Bogota
Quartier de la Candelaria, Bogota @pink turtle

Avant mon arrivée à Bogota, j’avais quelques appréhensions surtout lorsque Julie m’a annoncé qu’elle ne viendrait pas me chercher à l’aéroport. Après 11h de vol, j’arrive enfin à Bogota. Les militaires sont très présents dans l’aéroport notamment près des distributeurs de billets. Je me dirige vers la zone officielle des taxis et me glisse dans la file d’attente (il vaut mieux privilégier les taxis officiels pour éviter problèmes et arnaques). Direction la Candelaria avec un taxi très sympathique (salsa à fond dans la voiture !) qui me permet de découvrir l’architecture de la ville, le magnifique street-art et les graffitis de Bogota. Cependant, il ne fait pas très chaud – Bogota fait, en effet, partie d’un ensemble de hauts plateaux de la Cordillère orientale (altitude : 2640m !). Le gros pull est de rigueur !

Musée de l’or de Bogota : magnifique !

img_20161130_163616Pour notre « city trip », nous décidons de visiter le superbe musée de l’or, un musée incontournable à Bogota (entrée : environ 1 euro, 3000 pesos). Nous découvrons des pièces uniques qui datent de l’époque pré-colombienne : il s’agit apparemment de la plus importante collection d’orfèvreries pré-hispaniques du monde. Les collections sont classées par région et sont représentatives des grands lieux producteurs d’or tels que San Agustin, Tayrona, Santa Marta… On y retrouve le fameux mythe de l’El Dorado, la cité perdue ainsi que de nombreuses explications sur la culture pré-colombienne et ses animaux sacrés tels que le jaguar, la tortue (oui, la tortue!!)… Une salle circulaire qui expose des objets retrouvés dans un lac sacré, permet de s’immerger dans une ambiance chamanique avec une petite musique et des jeux de lumière.

img_20161130_163732Dans la civilisation pré-colombienne, il faut savoir que les métaux, l’or en particulier, symbolisaient la puissance fertile de la terre et du soleil réunis. La symétrie et l’équilibre des formes étaient, de plus, une obsession dans la statuaire : ces objets devaient refléter l’équilibre entre les forces du cosmos. Le cosmos, quant à lui, était représenté comme étant fait de couches superposées, connectées et interdépendantes. A chacune d’elles correspondaient des couleurs, des odeurs, des animaux, des plantes et des esprits. Les aigles, par exemple, symbolisaient le monde d’en haut et sont associés au soleil ; les hommes, les jaguars et les cerfs le monde intermédiaire, celui sur lequel nous vivons mais le jaguar possédait une place particulière en tant que symbole de la force et de la puissance. Les niveaux inférieurs étaient souvent représentés peuplés de serpents et de caïmans, ainsi que de petits animaux vivant dans les entrailles de la terre.

Balade autour du musée de l’or

Place du musée de l'or, Bogota
Place du musée de l’or, Bogota @pinkturtle

A la sortie du musée, ambiance typique et pittoresque sur la place du musée de l’or : des femmes vêtues de costumes aux couleurs de la Colombie et des lamas « égarés » (des alpagas plus précisément) attendent les touristes pour des photos (mon amie Julie me rappelle que les lamas vivent surtout au Chili, en Equateur et au Pérou et non en Colombie !). Des tas de petits stands d’artisanat local exposent des bijoux en perles très colorés : colliers, bracelets, boucles d’oreille fabriqués par les indiens, sont vendus sur cette place (je craque et hop, deux colliers!). Nous sommes samedi et la ville est très animée : de nombreux concerts qui rappellent la fête de la musique chez nous, et des graffeurs qui s’adonnent à leur art un peu partout dans la ville. Faute de temps, nous ne visitons pas le musée Botero qui vaut pourtant le détour (ça sera pour une prochaine fois!). Nous retrouvons également notre amie Caroline en plein tour du monde, puis nous nous rendons dans un petit restaurant pour déguster un ajiaco, spécialité de Bogota très copieuse puisqu’il s’agit d’une soupe (ou d’un ragoût) de pommes de terre contenant des morceaux de poulet, des épis de maïs, du guasca et des câpres (elle est servie avec de l’avocat). Puis, nous nous baladons toute la journée en passant par la célèbre place Bolivar.

Balade au coeur de la Candelaria

img_20161130_163909Deuxième journée à Bogota : grande balade dans la Candelaria afin d’admirer le street-art, les graffitis, l’architecture coloniale et pittoresque de la ville. Nous sommes dimanche, l’animation a disparu et le quartier semble éteint. Pourtant, quelle chance de pouvoir admirer tous ces chefs d’oeuvre tranquillement sans afflux touristique…

Sécurité

Je ne suis jamais sentie en danger dans la journée à Bogota. Les colombiens sont, de plus, très accueillants et discutent très facilement dans les rues en voyant des touristes perdus. Par contre, j’ai évité de faire des sorties nocturnes 😉 En effet, à mon arrivée, j’avais tenté une virée à 20h pour dîner mais j’avais vite rebroussé chemin en voyant l’arrivée massive de policiers dans la Candelaria.

Quelques adresses

Hôtel Masaya (Candelaria) : très bon accueil, personnel sympathique, très bien situé dans la Candelaria mais hôtel assez bruyant (notamment les chambres situées près du patio).